#Posidéfi de la semaine : cela a marché pour vous?

s lyubomirskyVoilà donc une dizaine de jours que j’ai lancé sur Positropia le #Posidéfi de penser tous les matin à 3 sentiments agréables ou besoins satisfaits et tous les soirs à 3 choses positives de la journée.

Et j’avoue que ce n’est pas facile !  Le soir ça va encore, je trouve toujours 3 choses qui m’ont apporté du bonheur ou qui m’ont fait plaisir dans la journée – et c’est très rassurant, n’est ce pas?

Lire la suite

Publicités

3,2,1… c’est parti pour le bonheur !

Je sais, cela fait un moment que je publie des textes sur ce blog sans rien raconter sur ma vie. En fait, j’ai essayé de repousser ce moment le plus loin possible. Pas de chance, l’évidence me rattrape : on ne peut pas améliorer notre quotidien sans rien faire. J’ai beau lu plein de livres de psychologie positive dernièrement, tous disent la même chose : « Le bonheur, c’est l’action ». C’est comme le sport, disait quelqu’un : il faut s’entrainer. three

J’espère que vous avez tous fait le test de votre niveau de positivité. Nous avons donc trouvé le niveau moyen, il va falloir se mettre au boulot pour l’élever à une valeur de 3 à 1. On essaye ensemble ?

Lire la suite

La chasse au bonheur : nouvelle mode ou nouveau mode de vie ?

Magazines qui parlent du Bonheur et de l'optimisme

Magazines

Je ne sais pas vous, mais moi, depuis quand je m’intéresse au bonheur, j’ai l’impression que tout le monde en parle. Pas loin que la semaine dernière, j’ai vu plusieurs titres de publications grand public se penchant sur le sujet de l’optimisme : du magazine de mode, jusqu’à celui dédié à la consommation.

On dit qu’on voit le monde à travers nos propres lunettes qui décryptent la réalité, mais tout cet engouement autour du sujet me semble bien réel. Il y en a même qui pensent au retour du New Age.

Sommes-nous en train de vivre un changement de mentalité ?

Lire la suite

Reprogrammer son cerveau pour être heureux

Le neuropsychologue Rick Hanson, dans une excellente presentation au TEDxMarin 2013. « Mind can change the brain to change the mind » – dit-il.

Alors que le cerveau est « flexible », nous pouvons apprendre, en exerçant et s’améliorant progressivement, à être heureux. C’est possible donc de « reprogrammer » notre cerveau de façon à vaincre sa tendance naturelle de percevoir plus la négativité que la positivité (« negativity bias ») et de se centrer sur les aspects positifs.